ALP-JUV-2050124
Lächelnde Frau mit ihren Händen an Wange und Kinn
Beauté, Knowledge

Les radicaux libres : à double tranchant pour la peau

Une séance shopping dans les drogueries et les rayons beauté des grands magasins est édifiante : l’industrie cosmétique offre d’innombrables produits pour soigner son image, dont certains portent la célèbre mention « Protège contre les radicaux libres grâce aux antioxydants ».

De funestes messagers

Ce qui, à première vue, pourrait désigner un parti anarchiste nouvellement formé, n’a rien à voir avec la politique mais tout à voir avec les sciences naturelles : les radicaux libres sont des molécules instables qui présentent la caractéristique de manquer d’une particule chargée négativement – un électron. Pour compenser ce manque, ils attaquent les cellules d’autres molécules, comme l’ADN, les protéines ou les acides gras insaturés. En leur retirant l’électron dont ces cellules ont besoin, les radicaux libres les endommagent. Les cellules attaquées deviennent ainsi à leur tour des radicaux libres et déclenchent un processus d’oxydation dans l’organisme, plus précisément un « stress oxydatif ». Cette réaction en chaîne peut inhiber le fonctionnement des cellules, conduire à une division cellulaire incontrôlée, voire à la mort cellulaire. Résultat : des maladies telles que l’hypertension artérielle ou des problèmes articulaires, mais aussi le cancer, la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson peuvent se développer.

L’organisme se défend

Les radicaux libres mettent également en péril la bonne santé de notre épiderme car ils endommagent les fibres de collagène, provoquent la dégénérescence des fibres élastiques et accélèrent ainsi le processus de vieillissement cutané. Mais le corps ne succombe pas à cette attaque, surgie de ses propres rangs, sans combattre. Chaque couche de l’épiderme possède son propre système de défense. Cependant, en cas de stress oxydatif dû à des facteurs délétères tels que le tabagisme, la consommation d’alcool, une alimentation déséquilibrée ou les rayons UV, la libération de radicaux libres dépasse les capacités de neutralisation de la barrière protectrice cutanée.

Faire le plein de vitamines en renfort

Si la peau n’est plus en mesure d’assurer elle-​même sa défense, il est possible de lui donner un coup de pouce sous forme de vitamines, de minéraux et d’oligo-​éléments, ou plus précisément : d’antioxydants. Ces substances peuvent intercepter les radicaux libres et les rendre inoffensifs en leur cédant volontairement un électron sans se transformer eux-​mêmes en radicaux libres. Toutefois, la plupart de ces substances n’étant pas à même de pénétrer la couche cornée de l’épiderme, leurs propriétés antioxydantes restent généralement inefficaces lorsqu’elles sont appliquées à la surface de la peau sous forme de crème ou de sérum. Pour aider l’épiderme et plus globalement l’organisme à lutter contre ces « voleurs de particules microscopiques », il faut donc avant tout compter sur des défenses qui viennent de l’intérieur. Une alimentation équilibrée, riche en vitamines, avec beaucoup de fruits et surtout de légumes, fournit à coup sûr de précieux nutriments – des vitamines et des minéraux -, sans compter des anthocyanidines, ces substances végétales secondaires qui protègent les cellules de manière particulièrement efficace.

Des ennemis qui peuvent devenir des alliés

En revanche, la prudence est de mise avec les compléments concentrés contenant des antioxydants isolés : il existe en effet un risque de surdosage. Selon les dernières découvertes, les radicaux libres ne déclenchent pas seulement un stress oxydatif négatif, ils remplissent aussi une mission utile : en activant le système immunitaire, ils l’aident à détruire les cellules qui prolifèrent de manière incontrôlée et à éliminer les déchets cellulaires. Si l’excès de radicaux libres est définitivement nocif pour l’organisme, une diminution trop importante de ces cellules gloutonnes porte atteinte au mécanisme de défense de l’organisme. Comme l’a si justement énoncé le célèbre médecin suisse Paracelse : « c’est la dose qui fait le poison. »